Panier 0
Produit ajouté au panier avec succès
Quantité:
Total
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits
Frais de port  À définir
Taxes 0,00€
Total
Continuer mes achats Commander

Conseils pour fumer la pipe

Tous les fumeurs de pipe pourront en témoigner, la première pipe est un moment inoubliable. On se souvient des saveurs, des sensations et souvent de la difficulté à maîtriser le bourrage ou le tirage. Eh oui, être un bon fumeur de pipe ne s’improvise pas. Il faut passer par une petite phase d’apprentissage, le temps de trouver ses marques et de prendre du plaisir avec sa pipe. Nous allons donc évoquer les points essentiels pour bien commencer à fumer la pipe et ne pas être dégoûté dès la première.

 

Le rodage / culottage

Si vous êtes un fumeur débutant, vous commencez sûrement avec une nouvelle pipe. Mais ne vous hâtez pas en remplissant le fourneau entièrement pour tirer dessus comme un sapeur. La pipe est un art qui demande de prendre son temps, de respecter l’objet afin d’en dégager un maximum de plaisir. Pour un fonctionnement idéal de votre pipe en bruyère, le fourneau doit contenir une fine couche de culot. Ce dépôt est laissé naturellement suite à la combustion du tabac dans le foyer. Il faut donc roder votre pipe pour créer la première couche de culot.

Le rodage d’une pipe est donc le culottage de celle-ci. Il faut donc fumer de petites quantités de tabac, et en ajouter davantage au fil des pipes. On parle alors des trois tiers :

Commencez par remplir la pipe à un tiers du fourneau et fumez le tabac jusqu’au bout. Fumez ainsi 5 à 6 pipes remplies au tiers. Ensuite, fumez les 6 pipes suivantes en remplissant le fourneau aux deux tiers. Et pour finir vous pouvez remplir le fourneau complètement.

L’objectif des trois tiers est de préparer le bois du fourneau. Si vous chargez complètement votre pipe dès la première utilisation, vous risquerez de brûler la bruyère.

Une fois le culot déposé, il faut l’entretenir pour conserver une épaisseur idéale allant de 1 à 2 mm. Pour plus d’informations sur la bonne utilisation d’une pipe, je vous recommande vivement d’aller lire mon article dédié à lentretien de votre pipe.

Il est également essentiel de surveiller de près le remplissage du fourneau. Un tabac mal tassé (trop ou pas assez) nuit au tirage et peu provoquer de nombreux désagréments.

 

Le remplissage

Le remplissage du fourneau nécessite un minimum de savoir-faire pour profiter pleinement de votre pipe. Il faut tout d’abord s’assurer que le tabac utilisé est adéquat à la taille du fourneau. Un tabac à combustion rapide doit être utilisé pour des fourneaux à la paroi épaisse.

Le remplissage s’effectue, à la manière du culottage, en trois temps. Mettez tout d’abord une petite quantité de tabac jusqu’au tiers du fourneau, puis tassez légèrement. Insérez ensuite le deuxième tiers de tabac et tassez-le un peu plus fortement. Ensuite finissez le remplissage avec le dernier tiers en tassant encore plus fortement.

Attention, le niveau de tassage dépend de la coupe du tabac. De plus, si vous ne tassez pas assez, le mélange se consumera trop vite au risque de brûler le fourneau ou de donner un mauvais goût à la fumée en plus de vous brûler la langue. Si vous tassez trop fortement le mélange, l’air risque de ne plus passer ou alors avec difficulté, ce qui augmente le taux d’humidité dans la pipe. Dans ce cas, il ne faut pas tirer davantage pour essayer de raviver le feu. Il suffit d’utiliser la pointe de votre bourre-pipe en l’introduisant dans le fourneau jusqu’au trou d’aspiration et de faire des va-et-vient. Retassez ensuite légèrement le tabac, et vous pouvez déguster !

 

Tirage

Le fourneau de votre pipe est bien culotté et correctement rempli ? Bien, il ne vous reste plus qu’à tirer de la bonne manière. Le tirage n’est pas compliqué en soi, mais cela nécessite un minimum de contrôle. Rappelons que fumer une pipe est un moment de plaisir, de détente, il ne s’agit pas d’une cigarette sur laquelle on tire comme un sapeur pendant la pause café !

Si vous tirez trop fortement sur votre pipe, la fumée deviendra brûlante. Cette sensation est très désagréable et peut provoquer des picotements sur la langue en plus de brûler le fourneau. Le tirage doit être doux et régulier. Un bon tirage s’accompagne d’un bon remplissage, l’un de va pas sans l’autre.

Gardez aussi en tête que le tirage dépend de votre environnement. Une pipe chauffera plus vite en extérieur par temps de vent que chez vous, dans votre petit salon de dégustation.

Veillez également à ne pas trop serrer le bec de la pipe entre vos dents. En étant crispé sur le bec, vous produirez davantage de salive ce qui augmente le taux d’humidité dans le tuyau de la pipe et donc la quantité de « jus de pipe ». Et si en plus votre mélange est trop tassé dans le fourneau et que vous tirez davantage pour en soustraire la fumée, vous allez encore ajouter de l’humidité dans votre pipe.

 

Vous pouvez fumer

C’est bon, vous avez les bases nécessaires pour bien fumer la pipe. Mais nous n’avons pas encore évoqué l’allumage, celui-ci dépend un peu des envies de chacun : allumettes, zippo pour pipe, briquet classique… Gardez tout de même à l’esprit qu’il vous faudra quelque chose de pratique, pour pouvoir rallumer régulièrement votre pipe sans vous brûler les doigts, ni votre pipe ! (Voir notre sélection de briquets)

Et attention, il faut toujours laisser refroidir sa pipe avant la prochaine utilisation !

 

Entretien

Maintenant que vous avez dégusté votre première pipe dans les règles de l’art, vous n’avez plus qu’à l’entretenir comme il se doit. N’hésitez pas à consulter mon article sur l’entretien d’une pipe pour conserver au maximum les saveurs et plaisirs d’une pipe.


Être rappelé